Thelma (2017)
Soleil battant (2017)
L'Usine de rien (2017)
Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
Out (2017)
Corps et âme (2017)
Le Redoutable (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

Princess of Egypt, une histoire universelle sur l’amour

email print share on facebook share on twitter share on google+

Jan Forsström • Réalisateur

par 

- Princess of Egypt, le premier film du réalisateur finlandais Jan Forsström l'a emporté au 32ème Festival de Bergame

Jan Forsström • Réalisateur

"Je suis scénariste avant d’être réalisateur" : c’est ainsi que Jan Forsström revendique ses études de littératures. Son premier film, Princess of Egypt [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jan Forsström
festival scope
fiche film
]
, a été très bien accueilli par le public du Festival de Bergame/Bergamo Film Meeting, qui l’a élu meilleur film.

"Au début, je ne pensais pas avoir de talent particulier pour l’image. J’ai donc commencé à écrire des scénarios pour de nombreux courts métrages et pour trois longs métrages, avant que quelqu’un ne me demande : pourquoi n’essaierais-tu pas de passer derrière la caméra ? Je me suis alors embarqué dans cette histoire très personnelle que je ne savais pas à qui confier. J’ai simplement décidé de la réaliser moi-même, est cela s’est avéré être une expérience magnifique. J’espère pouvoir continuer à réaliser des films".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Un spectateur a demandé comment, sans expérience, il était parvenu à diriger aussi bien la petite Luna Leinonen Botero. "L’important était de trouver l’enfant qu’il fallait ! répond Forsström. Cette petite a été fantastique. Comme elle ne devait pas être finlandaise, le choix était plus réduit. Il était important qu’il y ait une bonne interaction entre la fillette et l’actrice qui joue la mère. J’ai été très franc et je lui ai raconté tout ce qui se passait dans le film. Et comme elle était en train d’apprendre à lire, je lui ai fait lire tout le scénario !"

Le personnage principal du film est une mère de 27 ans, Marja, qui vit seule avec sa fille Julia, mais après avoir retrouvé l'homme qui s’avère être le père de l’enfant, Marja commence à perdre le contrôle. Ainsi, Princess of Egypt semble prendre une direction, avant d'en changer brusquement, quand le rapport entre la mère et la fille devient pathologique. "Au début, précise Jan Forsström, je ne souhaitais montrer qu’un amour très fort, sans que les problèmes de la mère soient apparents. Je ne voulais garder que les côtés positifs de la relation. D’un point de vue dramaturgique, je devais cependant suivre une certaine trajectoire, en jouant avec les attentes des spectateurs, sans pour autant simplifier l’histoire outre mesure".

La réalisatrice Solveig Anspach, présente à Bergame lors de la projection du film, s’est dite fascinée par la performance d’Emmi Parviainen, la mère de la petite, et elle s’est demandé s'il s'agissait d'une actrice professionnelle. "Je l’ai découverte à l’Académie de théâtre d’Helsinki, explique Forsström. Elle vient d’une famille d’artistes – son père écrit des pièces, sa mère est comédienne. J’ai fait plusieurs essais avec l’enfant pour observer leurs interactions, et cela s’est passé à merveille. À ce jour, Emmi est très connue dans le monde du théâtre finlandais, mais elle le sera bientôt aussi dans celui du cinéma".

Princess of Egypt est un film intimiste, mais il a une dimension sociale très importante. "Je voulais faire un film avant tout psychologique, raconter une histoire universelle sur le fait que l’amour peut mal tourner, qu'il peut devenir trop possessif. Cependant, le film a aussi des aspects sociologiques et politiques. La mère vient d’une famille modeste du nord de la Finlande ; elle a déménagé à Helsinki où elle ne connaît personne et n’a aucun ami. Comme je viens moi-même du nord, je sais bien ce que signifie déménager dans une grande ville. Même si ce n’est pas l’élément central de l’histoire, je voulais laisser transparaître la façon dont peut monter en puissance la peur de ce qui est différent, même dans la société finlandaise. Aux dernières élections, c’est la droite populiste qui l’a emporté et nous avons eu un peu peur…

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Newsletter

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01

Follow us on

facebook twitter rss