Son of Sofia (2017)
Le Redoutable (2017)
The Square (2017)
A Ciambra (2017)
Ava (2017)
Western (2017)
Les Fantômes d'Ismaël (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

"Les certitudes sont toujours dangereuses"

email print share on facebook share on twitter share on google+

Krzysztof Zanussi • Réalisateur

par 

- Rencontre avec Krzysztof Zanussi pour parler de Foreign Body dans le cadre du 17ème Festival du cinéma européen de Lecce, qui lui décerne un Olivier d'or pour l'ensemble de sa carrière

Krzysztof Zanussi  • Réalisateur
Le réalisateur Krzysztof Zanussi (© Festival del Cinema Europeo di Lecce)

Corpo estraneo [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Krzysztof Zanussi
fiche film
]
, le nouveau film du maestro polonais Krzysztof Zanussi, une coproduction qui a réuni la Pologne (Studio Filmowe TOR), l’Italie (Revolver Film) ainsi que la Russie, et dont la sortie italienne le 5 mai sera orchestrée par Lab80, est un drame psychologique sur la crise actuelle des valeurs, culturelles et religieuses. Cineuropa a rencontré Zanussi à l’occasion du 17ème Festival du cinéma européen de Lecce, dont les organisateurs ont voulu lui décerner un Olivier d’or pour l’ensemble de sa carrière.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : S’il est une constante dans votre oeuvre, c’est bien la remise en question de toute forme de certitude : politique, sociale, religieuse…
Krzysztof Zanussi : Les certitudes sont toujours dangereuses ; elles sont la marque d’un esprit torturé. Un homme ne peut se considérer vivant que s’il sait remettre en cause ses certitudes – ce qui ne veut pas dire qu’il faut cultiver le doute, qui relève de l’enquête.

Même dans le champ de la religion,  une foi trop assurée est dangereuse. Au contraire, la foi doit sans arrêt être interrogée et mise à l’épreuve. 

Votre héros, Angelo, est un chrétien fervent qui se fait embaucher à Varsovie par une multinationale. 
De l’autre côté du spectre, il y a une troupe de femmes émancipées qui dépassent les hommes en cynisme et en brutalité. Le produit de la confrontation des deux est une sorte d’équilibre : l’idéalisme vacille parfois bien que guidé par le dieu qui le gouverne, mais le cynisme aussi faiblit de temps en temps. 

À travers votre société, TOR Film Studio, vous avez aussi produit Game Count (lire l’article), le nouveau film d’Agnieszka Holland, un thriller adapté d’un roman d’Olga Tokarczuk.
C’est un film difficile et audacieux qui a réuni les efforts de cinq pays européens : la Pologne, la Suède, l’Allemagne, la République tchèque et la Slovaquie. Nous espérons que cette conjonction de nos forces va nous permettre de bien promouvoir le film et de le distribuer dans plusieurs pays.

Pensez-vous que l’unité européenne soit en crise ?
L’Europe nous a fait faire de grands pas en avant ; c’est bien qu’il y a une certaine unité. Elle s’ancre notamment dans la culture chrétienne, même si celle-ci est moins prononcée qu’avant.

En attendant, on érige des murs pour fermer le passage aux migrants…
Nous autres Européens nous sommes habitués à un certain niveau de confort que nous ne sommes manifestement pas prêt à partager avec les autres. Il va devenir important de bien réfléchir à la mesure de notre générosité.

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Newsletter

Cannes NEXT

Follow us on

facebook twitter rss

Italian Pavilion Cannes