La Belle et la meute (2017)
Corps et âme (2017)
Handia (2017)
Valley of Shadows (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
I Am Not a Witch (2017)
The Square (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“Le cinéma est un moyen idéal pour faire rêver”

email print share on facebook share on twitter share on google+

Greg Zglinski • Réalisateur

par 

- BERLIN 2017 : Le réalisateur polonais Greg Zglinski révèle à Cineuropa l’origine de son dernier film Animals, présenté au Forum berlinois

Greg Zglinski  • Réalisateur

Le réalisateur polonais Greg Zglinski s’est entretenu avec Cineuropa au sujet de la réalisation de Animals [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Greg Zglinski
fiche film
]
, son dernier film, qu’il décrit comme un film étrange mélangé à un thriller psychologique. Ce film est projeté en première mondial au Forum de la Berlinale.

Cineuropa : Quelle est l’histoire derrière ce projet ?
Greg Zglinski :
En réalité, cette histoire est venue à moi, je l’ai juste légèrement réécrite. Le réalisateur autrichien Jörg Kalt a écrit le scénario original et Animals aurait dû être son troisième film. Malheureusement, il est décédé avant le début de la production. Il y a quatre ans, quand j’ai rencontré le producteur Stefan Jäger, nous avons décidé de réaliser un projet ensemble. Comme cette histoire me hantait, je lui avais alors demandé si le scénario de Animals était toujours disponible. Lorsque je l'ai obtenu pour modification, j’y ai ajouté plus de psychologie. J’ai construit une relation moderne entre les protagonistes tout en maintenant la structure, l’humour et l’atmosphère. Il me semblait que les modifications apportées s’intégraient parfaitement au scénario. D’après ce que j’ai lu dans ses notes, Jörg s’était inspiré de Relativité, une lithographie singulière de MC Escher. Jörg, fasciné par les formes représentées sur cette œuvre, a tenté de les récréer sous forme d’histoire. C’était le point de départ de son projet. Ce film oscille entre rêve et réalité, il est entièrement construit sur l’hésitation entre le réel et l’imaginaire. Animals parle des hommes et des femmes, de leurs relations, de leurs réalités différentes. D’après moi, le cinéma est un moyen idéal pour faire rêver.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce scénario ?
Je ne peux pas l’expliquer précisément. Quand j’ai lu le scénario, j’ai eu l’impression d’aborder le mystère entre la vie et la mort. C’est la première chose que j’ai pensé et cette histoire m’a passionné. J’ai toujours été attiré par les films à l’univers onirique, on le ressent même dans les courts-métrages que j’ai réalisés avant d’entamer mes études de cinéma. Je reviens donc à mes racines avec Animals. Les animaux présents dans le film permettent de déclencher des situations. Pour moi, les animaux sont des créatures à mi-chemin entre la réalité et la fiction. Ils sont légèrement en dehors de notre réalité, ils représentent un pont entre notre existence, que l’on perçoit grâce à nos sens, et ce vaste monde lointain, encore inexploré. Et c’est précisément ce monde-là qui m’intéresse.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans la réalisation de cette histoire surréaliste ?
Tout. Le film à sa propre logique et l’histoire est construite en dehors de toute logique. J’ai dû faire confiance à mon instinct, quelques fois j’étais forcé de me dire "c’est comme ça parce que c’est comme ça". C’était très délicat. Mais c’était toujours ainsi, que ce soit pendant la pré-production, le tournage ou la post-production. Le montage a été particulièrement difficile parce qu’on a tendance à trop vouloir expliquer, il faut toujours prendre des décisions, rendre le film compréhensible pour le public, mais avec une certaine limite. Et où se trouve cette limite ? Nous avons essayé différentes possibilités, et finalement, nous avons coupé 28 scènes. Nous avons procédé par tâtonnement. Nous connaissions le concept, mais nous avons quand même envisagé différentes possibilités. Je ne voulais pas que le film devienne trop formel. Comme la structure est déjà claire et particulière, j’ai décidé de prendre une autre direction, de me concentrer sur l’aspect psychologique autant que possible afin de rééquilibrer le film. Un film ne peut évidemment pas être ennuyeux et il est très important de pouvoir se comparer et s’identifier à un personnage, de rendre leurs émotions compréhensibles. Animals est un film étrange mélangé à un thriller psychologique.

Avez-vous déjà d’autres projets en tête ?
J’aimerais réaliser un documentaire cette année. Je suis également en train d’écrire un long métrage de fiction. En ce qui concerne le documentaire, nous souhaitons explorer un nouveau genre : un documentaire d’aventure sur Piotr Chmielinski, le premier homme à avoir navigué tout le long de l’amazone en kayak en 1985 ainsi que le canyon le plus profond du monde, le Canyon de Colca au Pérou, en 1981. Nous voulons parler de lui, mais aussi de son époque. Peut-être que l’année prochaine je parviendrais aussi à faire un long métrage de fiction sur le poète polonais Krzysztof Kamil Baczynski, dont les vers ont joué un rôle important durant l’insurrection de Varsovie, bien qu’il soit mort très jeune. 

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Newsletter

Warsaw
EPI Distribution
LIM

Follow us on

facebook twitter rss