Grain (2017)
Las distancias (2018)
Lemonade (2018)
La enfermedad del domingo (2018)
Mes Provinciales (2018)
Transit (2018)
Foxtrot (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Paolo Virzì • Réalisateur

"L'Échappée belle est un film sur la liberté de choisir"

par 

- VENISE 2017 : L'Échappée belle, le premier film tourné aux États-Unis de Paolo Virzì est en compétition à la Mostra de Venise. Le réalisateur toscan a rencontré la presse internationale

Paolo Virzì • Réalisateur
(© La Biennale di Venezia - foto ASAC)

L'Échappée belle [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Paolo Virzì
fiche film
]
, en compétition à la Mostra du Cinéma de Venise, est le premier film tourné aux États-Unis de Paolo Virzì. Helen Mirren et Donald Sutherland sont les protagonistes d’une histoire dans laquelle ils "fuient" à travers l’Amérique dans un vieux camping-car. Produit par Indiana et Rai Cinema, le film a déjà été vendu dans 90 pays.

Comment avez-vous abordé l’imaginaire américain en tant qu’étranger ?
Paolo Virzì : Je n’ai aucune intention d’émigrer. Je me sens comme un fils du cinéma italien et je suis fier de faire partie de la communauté des cinéastes italiens. Ce projet est né à partir d’une plaisanterie, de l’insistance affectueuse de mes amis coscénaristes et des producteurs d’Indiana Production et de Rai Cinema qui m’ont poussé à écrire un scénario inspiré du livre très intéressant et subversif de Michael Zadoorian : The Leisure Seeker. Je sentais qu’il était possible de réaliser ce film, mais j’avais quelques doutes, car le langage et les paysages familiers sont les instruments de mon art. J’ai voulu Helen et Donald pour interpréter les rôles principaux du film, comme pour me protéger, en pensant qu’ils n’accepteraient jamais. Lorsqu’ils ont dit oui, je ne pouvais plus faire marche arrière, je devais réaliser un film en y apportant mon point de vue, mon cinéma, mon équipe. Cela m’encourageait de savoir qu’Helen et Donald aiment l’Italie, le style italien, le cinéma italien. Je me suis senti chez moi, j’ai eu l’impression de tourner mon propre film, mais aux États-Unis sur la Route 1, qui est en fait le même numéro que la Strata Statale 1 Aurelia, que j’avais l’habitude de prendre entre Rome et Livourne.

Le film comprend néanmoins plusieurs éléments de la culture américaine.
J’ai voulu utiliser Hemingway, les short stories, et les narratives beats ; ce sont des éléments repris dans de nombreux road movies; comme éléments narratifs afin d’apporter un contexte sociologique et culturel aux personnages tirés du livre qui nous a inspiré. C’est un livre intelligent et ironique qui se rebelle contre le destin, celui de mourir dans un hôpital loin de ses proches. C’est également l’histoire d’une Amérique de mauvais goût avec Disneyland comme destination ultime. J’aime l’identification et l’empathie, nous avons tenté de rapprocher le livre de ce que nous connaissons. Nous avons tracé l’itinéraire du voyage sur la Côte Est et nous avons eu l’idée d’un professeur à la retraite qui vit à travers les pages des livres qu’il aime tant et qu’il a enseigné toute sa vie. Nous avons en outre décidé qu’Ella croquerait la vie à pleines dents, en dépit du fait qu’elle soit encore envie par miracle. Nous cherchions les lieux du tournage pendant qu’une campagne électorale assommait l’Amérique d’une vague de violence et d’agressivité, comme si cette histoire personnelle était le reflet d’une Amérique qui change. Nous n’aurions jamais cru que Trump gagnerait les élections.

Le thème de la vie qui arrive à son crépuscule est certainement très fort.
Je pense qu’il n’est pas correcte de n’identifier qu’un seul thème, mais cette histoire est inévitablement lié au fait d’avoir le choix jusqu’au tout dernier moment. Le choix d’Ella, qui peut paraître scandaleux et que John partage, est très courageux et digne. C’est un film sur la liberté de choisir, contre l’avis des enfants, des médecins et du système, tel que le système américain, qui nous pousse à dépenser toutes nos économies dans des assurances santé à la fin de notre vie. Nous ne voulons pas prendre position d’un point de vue politique, mais l’idée de la rébellion était plaisante et en racontant cette histoire, nous avons pu partager le choix d’Ella avec le reste du monde. Pour moi, la fin est grandiose, triomphante et très respectueuse. 

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Newsletter

VisionsDuReel_Home
Finale Plzen
Basque Cannes

Follow us on

facebook twitter rss