La enfermedad del domingo (2018)
Lemonade (2018)
Nico, 1988 (2017)
Arrhythmia (2017)
Sonate pour Roos (2016)
Jusqu'à la garde (2017)
9 Doigts (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

Boris T Matić • Directeur du Festival du Film de Zagreb

"Nous nous adaptons aux nouvelles tendances de l’industrie audiovisuelle"

par 

- Nous avons rencontré le directeur du Festival du Film de Zagreb, Boris T Matić, pour parler de la 15e édition du rassemblement croate

Boris T Matić  • Directeur du Festival du Film de Zagreb
(© Zagreb Film Festival)

La 15e édition du Festival du Film de Zagreb (ZFF), le plus grand évènement cinématographique international de Croatie, se déroule du 11 au 19 novembre. Cineuropa a rencontré le directeur du festival, Boris T Matić, pour parler du concept du rassemblement, du développement de la section consacrée à l’industrie et du panorama du festival et des évènements cinématographiques en Croatie.

Cineuropa : Parlez-nous de la manière dont vous choisissez les films du programme principal et de la sélection de cette année.
Boris T Matić: La qualité est le seul critère de sélection pour le programme principal, outre le fait que le film doit être le premier ou le second long-métrage du réalisateur. La sélection de cette année a cependant une dimension plus ‘’activiste’’ que les autres et ce pour deux raisons. Premièrement, compte tenu du danger que courent les procédés démocratiques dans le monde actuel, les réalisateurs choisissent souvent des films engagés socialement. Deuxièmement, la Croatie traverse une situation semblable : quelques organisations et personnes tentent de priver certaines parties de la population de leurs droits. C’est pourquoi notre programme principal comprend des films abordant le thème de l’interdiction de l’avortement, du droit de vote des femmes, les communautés LGBT, des immigrés, des conséquences de la guerre, des troubles de stress post-traumatique et des traditions islamiques.

Votre section dédiée à l’industrie intègre davantage les programmes éducatifs aux autres segments.
Des séminaires éducatifs et des cours ont été organisés durant lesdix premières années du ZFF, et nous avons testé et analysé le panorama du festival afin de décider de quelle façon il était possible de développer ce segment. Il y a cinq ans, nous avons rassemblé ces programmes sous la catégorie ZFF Industry, et y avons ajouté du contenu tel que le séminaire My First Script, qui aide les jeunes auteurs de la région à travailler sur le scénario de leur premier long-métrage. Cette année, le festival se clôturera avec le film bosnien The Frog, développé durant l’un de nos séminaires et duquel nous sommes très fiers. Pour le moment, deux autres projets ont terminé la photographie principale ou sont en tournage; et deux autres encore ont reçu un financement pour être produits dans leur pays.

De plus, ce segment du festival concerne l’ensemble de l’industrie audiovisuelle et non pas seulement le cinéma. En effet, nous travaillons aussi sur les jeux vidéo et les séries télévisées. À partir de cette année, le sous-programme Industry Youth! rassemblera des étudiants de six écoles de cinéma de la région (dans un processus semblable à un concours de talents). Ces derniers présenteront leurs projets de courts-métrages et le gagnant bénéficiera des services de plusieurs entités de post-production régionales.

Que pensez-vous de la position du ZFF en Europe et de la situation actuelle des festivals en Croatie? À un moment donné, il y avait plus de 50 festivals internationaux dans le pays...
Je suis ravi de dire que le ZFF a gagné en reconnaissance en Europe et dans le reste du monde ; et bien que nous sommes principalement un festival de films, nous nous adaptons aux nouvelles tendances de l’industrie audiovisuelle. Le grand nombre de festivals que la Croatie a connu au cours des dix dernières années est en déclin. En effet, il y a quelques années, nous avons établi le Croatian Independent Cinemas Network, qui permet aux films ‘’présentés aux festivals’’ d’être vus toute l’année dans les cinémas d’arts et d’essais, y compris dans notre Kino Europa.

Le financement est un autre problème. Personnellement, cela ne me dérange pas que la Croatie comporte quelques petits festivals, mais il faut faire la différence entre festivals, critiques cinématographiques et semaines de présentation d’une sélection donnée de films. Un festival est un produit culturel et, comme je l’avais prédit il y a environ dix ans - lorsque la ‘’vague de festivals’’ de la Croatie a commencé - dans l’avenir, seuls les festivals les plus importants demeureront. Je pense que les municipalités locales, si elles sont intéressées qu’elles en ont les moyens, devraient financer les festivals de leurs communautés. De même, les fonds du Centre de l’audiovisuel croate devraient être alloués selon des critères mieux définis. Enfin, ces fonds devraient être réservés aux festivals représentant un véritable intérêt tant pour les spectateurs que pour l’industrie.

(Traduit de l'anglais)

Newsletter

VisionsDuReel_Home
Let's CEE
Finale Plzen

Follow us on

facebook twitter rss