Thelma (2017)
Soleil battant (2017)
L'Usine de rien (2017)
Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
Out (2017)
Corps et âme (2017)
Le Redoutable (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SARAJEVO 2014 Hors compétition

email print share on facebook share on twitter share on google+

A Quintet : tous les chemins mènent à Berlin

par 

- Ce film collectif produit par trois anciens élèves du Berlinale Talent Campus 2012 présente cinq histoires qui se déroulent dans des pays différents mais qui ont en commun la ville de Berlin

A Quintet : tous les chemins mènent à Berlin

Un lien intéressant s'il en est entre le festival de Berlin et celui de Sarajevo est le fait qu'ils proposent tous deux un Talent Campus. Le film collectif A Quintet, produit par trois anciens élèves de celui de Berlin,a justement été projeté en avant-première mondiale, hors-compétition, à la 20ème  édition du Festival de Sarajevo

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film a été conçu et produit par l'actrice turcque  Demet Gül (Almanya – Welcome to Germany [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Yasemin Samderely
fiche film
]
), l'actrice serbe Jelena Stupljanin (Cirkus Columbia [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Danis Tanovic
fiche film
]
) et le réalisateur suisso-mexicain, Mauro Mueller, lauréat de l'Oscar des étudiants pour Un mundo para Raúl. Les trois collègues se sont rencontrés au Talent Campus de la Berlinale de 2012. A Quintet réunit cinq récits mis en scène par des réalisateurs venant de trois continents différents.

Dans le premier volet, The House in the Envelope, de l'Allemande d'origine bosniaque Sanela Salketic, la jeune Turcque Layla (divinement jouée par Gül) quitte Berlin pour rejoindre la maison de ses grands-parents à Istanbul. Son père voudrait offrir une maison en cadeau à ses parents, mais son aïeul a ses raisons pour ne pas l’accepter. La brève relation que Layla entame avec un chauffeur de taxi (le charismatique Özer Arslan) nous permet de découvrir son personnage en très peu de mots. La scène finale, une discussion avec son grand-père (Vedat Erincin, qui a joué dans Almanya et Kuma [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Umut Dağ
fiche film
]
), confère au film beaucoup de puissance émotionnelle.

Le deuxième volet, Tourist du Kosovar Ariel Shaban, suit un jeune touriste allemand à Sarajevo (Michel Diercks) qui est retrouvé évanoui dans la rue par un résident du même âge que lui qui a déjà vécu en Allemagne (Armin Omerović). Au cours d’une discussion sur les différences de cultures et de mentalités entre les deux pays et à travers la rencontre qu’ils font faire avec des voyous de la ville, les deux hommes nouent une relation amicale. Les excellentes décisions de mise en scène de cet épisode compensent les quelques défaillances du scénario, laissant au public une impression positive. 

Le troisième volet, Polaroid de l'Italien Roberto Cuzzillo, raconte l’histoire d’un jeune Sicilien (Salvatore Li Causi) qui retourne à Berlin retrouver un amour d'été (Aron Blankenburg) pour découvrir que celui-ci, père de famille, refuse d’entendre parler de cette brève amourette. La photographie impressionniste et le décor berlinois nocturne choisi donne au film une atmosphère onirique.

Friend Request, d'Elie Lamah , est un récit autobiographique. Dans cet épisode, un réalisateur libanais (David Berton) rencontre une collègue israélien (Maryam Zaree) à la Berlinale. Il a initialement peur de lui parler, ses lois interdisant tout contact avec cet Autre, mais les deux hommes finissent par nouer des liens. Le réalisateur doit alors décider s'il maintiendra cette relation quand il retournera à Beyrouth. Le court métrage souffrant d'un excès de dialogues et de présentations, c'est sans doute le moins convaincaint du film collectif.

Dans le dernier volet, The Cuddle Workshop, une actrice new-yorkaise qui évite tout contact physique (Jelena Stupljanin) essaie de surmonter sa phobie en s'inscrivant à l'atelier à câlins qui donne son nom au court métrage. Elle y rencontre des personnages hauts en couleurs. S’ensuivent de nombreux moments comiques et attachants. Ce dernier épisode extrêmement bien ficelé, le plus réussi du film, offre une conclusion exaltante à l'ensemble du projet collectif.

A Quintet a été produit par Breaking Walls Production en coproduction avec l'Académie allemande de cinéma et de télévision, l'Obala Art Centar de Sarajevo, la maison de production italienne Sap11 et les sociétés new-yorkaises Mediafisch et Fidelio Films. Les droits du film sont disponibles à la vente.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss