Corps et âme (2017)
The Square (2017)
La Passion Van Gogh (2016)
L'Usine de rien (2017)
Soleil battant (2017)
La Belle et la meute (2017)
Out (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SAN SEBASTIAN 2014 Nouveaux réalisateurs

email print share on facebook share on twitter share on google+

Vincent : un film de super-héros minimaliste

par 

- Thomas Salvador a présenté Vincent, son premier long métrage, dans la section Nouveaux réalisateurs de San Sebastian

Vincent : un film de super-héros minimaliste
© Laurent Thurin-Nal

L'acteur, scénariste et réalisateur français Thomas Salvador a présenté dans la section Nouveaux réalisateur du 62ème Festival de San Sebastian son premier long métrage, Vincent [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, une oeuvre fraîche et surprenante en forme qui mélange science-fiction et romantisme en tout en restant minimaliste

Salvador y joue le rôle-titre. Vincent est un jeune homme apparemment tout à fait normal et sans rien de particulier, mais il possède un don rare : au contact de l'eau, sa force, sa vitesse et sa résistance augmentent, et il acquiert des pouvoirs de super-héros.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

On fait sa connaissance alors qu'il cherche un travail dans une petite ville, au bord d'un lac. On l'embauche sur un chantier, et c'est là qu'il apprend comment fonctionnent ses pouvoirs. Il se lie aussi avec un collègue, Driss (Youssef Hajdi), et rencontre une fille dont il tombe amoureux, Lucie (Vimala Pons).

Cependant, après avoir utilisé ses pouvoirs pour venir au soutien de Driss dans une rixe avec deux collègues ivres, il doit fuir la police, aidé par Lucie.

À cette intrigue très simple répond une approche minimaliste. Quand Vincent se sert de ses superpouvoirs, seuls quelques effets spéciaux sont utilisés : quand il nage incroyablement vite et semble voler hors de l'eau, et quand il va sous la douche pour abattre un mur qui lui aurait pris des heures avec un marteau. Pas de musique dramatique ni d'images de synthèse voyantes : ces scènes sont présentées simplement, comme un fait quotidien dans la vie de Vincent, et le spectateur accepte vite ce minimalisme, passé l'amusement initial.

Ainsi, le film de Salvador se situe sur ce petit territoire qui réunit cinéma d'art et d'essai et cinéma commercial. Bien que l'intention soit manifestement artistique, le film pourrait tout aussi bien fonctionner à la télévision. Sa durée courte (74 minutes) pourrait poser problème pour sa distribution en salle, mais à l'heure où l'industrie semble confondre valeur ajoutée et longueur, ou dispositif trop sophistiqué, ce film promet en tout cas de réjouir les festivaliers par sa fraîcheur.

Vincent a été produit par Christmas In July. Ses ventes internationales sont assurées par Le Pacte.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss