Mise à mort du cerf sacré (2017)
120 battements par minute (2017)
Makala (2017)
A Ciambra (2017)
In the Fade (2017)
Happy End (2017)
La Lune de Jupiter (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

BIFFF 2015

email print share on facebook share on twitter share on google+

Dealer : vandalisme et criminalité à la française

par 

- Jean-Luc Herbulot propose un portrait drôle et cru du monde de la drogue parisien au 33ème Festival international du film fantastique de Bruxelles

Dealer : vandalisme et criminalité à la française

Le film français Dealer [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, qui rappelle les meilleurs Guy Ritchie, fait partie des titres européens les plus intéressants de la compétition internationale du Festival international du film fantastique de Bruxelles, dont la 33ème édition est en cours et se prolongera jusqu'au 19 avril.

Ce film, premier long-métrage du réalisateur jusque là spécialisé dans le court-métrage Jean Luc Herbulot, suit les aventures de Dan (Dan Bronchinson), un vieux dealer de cocaïne appartenant à la pègre parisienne qui voudrait quitter définitivement ce monde pour réaliser un rêve d'enfance : déménager au Paradis, c'est-à-dire en Australie. On fait sa connaissance alors qu'on lui confie un "dernier boulot" risqué auquel, évidemment, il ne va pas savoir dit non. Hélas pour lui, l'opération se passe mal : Dan fait une erreur et on lui laisse 24 heures pour récupérer l'énorme somme en jeu, s'il ne veut pas se faire descendre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Grâce à l'usage de la caméra à l'épaule, le film acquiert rapidement un rythme frénétique, tout en faisant la chronique d'une lutte désespérée contre les éléments, dévoilant sans crainte la violence des bas-fonds et des impitoyables codes du conduite qui gouvernent ceux qui les peuplent. Dans Dealer, une chose est claire : dans cet univers, les tortures, trahisons et assassinats sont monnaie courante.

Grâce à la distance que permet l'humour rude et cinglant de Dan, qui est le narrateur de son histoire, le film parvient instantanément à provoquer chez le spectateur de l'empathie pour Dan et sa vie de chien. Sa facette de père fou de sa fillette, à laquelle il professe inlassablement son amour, fait de lui une attachante vermine. 

Le film, produit par Bronchinson via sa société Multipass Prod et pour Mad Films-Mi, retrace un émouvant parcours en sens inverse, vers un paradis des antipodes. Que les amateurs de films d'action et de récits criminels se rassurent : qu'il mène ou pas à une conclusion heureuse, le parcours de Dan vers son idéal est chargé d'adrénaline. 

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Swiss Films Cannes