Une vie (2016)
Out (2017)
Bigfoot Junior (2017)
The Party (2017)
Que Dios nos perdone (2016)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Glory (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2015 Quinzaine des réalisateurs

email print share on facebook share on twitter share on google+

Les Cowboys : (En)quête pour une fille disparue

par 

- CANNES 2015 : Début prometteur de réalisateur pour le scénariste Thomas Bidegain avec un film ambitieux sur une famille recherchant son enfant aspirée par le Jihad

Les Cowboys : (En)quête pour une fille disparue

Une grande curiosité était au rendez-vous à la Quinzaine des réalisateurs du 68ème Festival de Cannes avec la première mondiale des Cowboys [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Thomas Bidegain. ll faut dire le passage derrière la caméra du scénariste émérite (auteur entre autres de Un prophète [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Jacques Audiard
interview : Jacques Audiard et Tahar R…
fiche film
]
, De rouille et d'os [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Jacques Audiard
interview : Jacques Audiard
fiche film
]
, Dheepan
 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Jacques Audiard
fiche film
]
, Saint Laurent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
Q&A : Bertrand Bonello
fiche film
]
, etc.) et le sujet de son premier long de cinéaste (la recherche sur plus d'une décennie par son père et son frère d'une adolescente disparue dans la mouvance djihadiste), très inhabituel dans le jeune cinéma français, excitaient l'imagination. Et c'est dans un voyage au long cours, aussi bien temporel (de 1994 à 2005) que géographique (de l'Est de la France jusqu'au Pakistan, en passant par Anvers), empruntant des routes multiples, que l'intrigue (signée par le cinéaste avec Noé Debré) emmène le spectateur, nouant une enquête anti-conventionnelle (qui n'est pas menée par des professionnels, mais par les membres d'une famille française banale) autour du terrorisme et le portait psychologique d'individus portés par la force du désespoir de l'amour paternel et fraternel confrontés à une absence inexplicable et insaisissable. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Nous sommes en 1994 et la famille d'Alain (l'excellent acteur belge François Damiens) passe la journée dans un rassemblement de fans de musique country quand la fille aînée, Kelly, une adolescente de 16 ans, s'évapore. Découvrant, parmi d'autres mensonges, qu'elle avait un petit ami, un inconnu prénommé Ahmed et également introuvable, Alain, très inquiet, signale la disparition à la police locale qui ne s'affole pas, à sa grande colère. Mais la découverte de cahiers contenant des textes en arabe qui se révèlent de la propagande djihadiste va ouvrir un abîme dans laquelle toute la famille s'engouffre pour de longues années de traque. Un membre des services secrets (qui se présente comme appartenant au ministère des collectivités territoriales...) vient débriefer la disparition, mais n'apporte aucune réponse aux questions d'Alain qui se lance dans sa propre enquête quand arrive une lettre de Kelly postée de Charleville-Mézières (dans laquelle la jeune fille demande à ne pas être cherchée). Prenant la route inlassablement, prisonnier de son obsession, épuisant ses ressources financières et se coupant peu à peu de toute vie sociale, Alain suivra des années durant des pistes diverses, le menant dans de troubles milieux, et dans de nombreux pays (Danemark, Yémen, Belgique), flanqué de son fils Kid (Finnegan Oldfield) qui reprendra ensuite le flambeau en solitaire jusqu'au Pakistan où les évènements se précipiteront...

Science des ellipses et du rythme (avec un nombre de plans impressionnant), photographie sophistiquée, suspense efficace et arrière-plan historique très bien utilisé (ponctuation par les attentats du 11 septembre, de Madrid et de Londres; agent américain trouble incarné par John C. Reilly) : Thomas Bidegain affiche déjà une très belle maîtrise des codes du cinéma de genre. Et il réussit aussi un magnifique portrait d'un père s'obstinant dans une quête infiniment décourageante, s'immergeant dans des univers culturels qui lui étaient totalement étrangers, et entraînant son fils avec lui. Même si le passage de relais entre les deux personnages fait perdre au film le charisme de Damiens et si l'avant-dernière partie au Moyen-Orient est un peu sur-scénarisée dans ses enchaînements, Les Cowboys ouvre à son réalisateur les portes d'une carrière de cinéaste à suivre de près et séduira sans aucun doute de nombreux distributeurs internationaux.

Piloté par Les Productions du Trésor (également à l'affiche cannoise en compétition avec Mon roi [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Maïwenn) Les Cowboys a été coproduit notamment par les Belges des Les Films du Fleuve et de Lunanime. Il sera distribué le 25 novembre en France par Pathé qui s'occupe aussi des ventes internationales.

Lire aussi

DPC
WBImages Locarno
Swiss Locarno
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss