Ma Loute (2016)
Compte tes blessures (2016)
6.9 on the Richter Scale (2016)
Callback (2016)
Réparer les vivants (2016)
Rester vertical (2016)
Toni Erdmann (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

PRODUCTION France/Japon

email print share on facebook share on twitter share on google+

The Red Turtle, ode à l’animation traditionnelle

par 

- Michael Dudok de Wit a présenté son travail en cours à Annecy, témoignant des grands défis de réalisation et de production qui ont dû être relevés jusqu’à aujourd’hui

The Red Turtle, ode à l’animation traditionnelle
The Red Turtle de Michael Dudok de Wit

C’est par une standing ovation que se sont conclues les présentations Work-in-progress du Festival d’Annecy pour le film The Red Turtle [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, premier long-métrage de Michael Dudok de Wit (oscarisé pour le court-métrage Father and Daughter en 2001). Première coproduction étrangère des studios Ghibli, réalisé en animation "traditionnelle", le film est très attendu.

La salle – archi comble – a pu admirer de nombreuses planches, à différent stade de production, et des premières animations. Une grande partie des dessins s’est faite sur papier au fusain frotté et aquarelle, puis, une fois scannée, manipulée sur Photoshop. Si le papier est plus intuitif, l’éclatement international de la production a forcé le réalisateur à se mettre à l’écran graphique – "finalement agréable", reconnaît-il. Au final, le résultat fait mouche par sa grande minutie de couleurs et d’ombres.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)suspi_2016_468x60

Dans ces tableaux de vie relatant l’histoire d’un homme échoué sur une île des Seychelles, seule la tortue rouge a été modélisée en 3D, "mais beaucoup de gens ne le verrons même pas" sourit le réalisateur. Michael Dudok de Wit accorde une grande importance au design simple, pas trop réaliste, pas trop cartoon. "Les yeux ont été ce qu’il y a eu de plus difficile à animer car on a choisi de faire des petits points, à la Tintin" témoigne t-il encore.

Il y a justement un "pointillisme" intrinsèque à l’œuvre de l’illustrateur néerlandais. Cela a pu rendre le développement et la production en cours un peu difficile parfois… "On a une étape originale dans le pipeline qui s’appelle dévalidation" partage Christophe Jankovic, le producteur exécutif (Prima Linea).

Coproduction entre Arte France, Why Not Productions, Prima Linea, Wild Bunch et les Studios Ghibli, le film, bientôt en montage, doit être livré au printemps 2016.

EAVE Home
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

suspi_2016_web300x250