L'Usine de rien (2017)
The Charmer (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
One Step Behind the Seraphim (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
The Square (2017)
Corps et âme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

NUITS NOIRES 2015 Forum

email print share on facebook share on twitter share on google+

Call Me Marianna: portrait touchant d’une lutte quotidienne

par 

- Le premier long métrage documentaire de Karolina Bielawska est présenté dans la section Forum du Festival Nuits noires de Tallinn

Call Me Marianna: portrait touchant d’une lutte quotidienne

Le second long métrage documentaire de Karolina Bielawska, Call Me Marianna [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a remporté trois prix au Festival international du film de Cracovie avant de glaner le Prix Zonta Club à Locarno pour les œuvres qui contribuent à promouvoir la justice, la solidarité et un comportement éthique. À présent, il est présenté dans la section Forum du Festival Nuits noires de Tallinn.

À première vue, Marianna est une séduisante quadragénaire. Elle vit seule avec son chat. Les spectateurs s’aperçoivent bien vite que Marianna est en fait clouée à un fauteuil roulant, qu’elle peut à peine parler et que sa main gauche est immobile. Néanmoins, elle répète une pièce de théâtre avec deux acteurs.

Marianna était auparavant un homme et elle subit à présent un traitement hormonal et se bat en justice contre sa famille. En Pologne, il est en effet nécessaire d’obtenir l’accord de ses parents pour changer de sexe, quel que soit votre âge. C’est pour cette raison que Marianna a dû porter plainte contre ses parents pour pouvoir bénéficier d’une opération chirurgicale de réattribution sexuelle, chose qu’elle désire plus que tout au monde.

Le sort semble sourire à Marianna : elle obtient l’accord et l’opération, effectuée à Gdansk, se passe bien ; de plus, elle a rencontré un homme qui l’accepte pour ce qu’elle est. Toutefois, des problèmes inattendus apparaissent. Pour établir son identité sexuelle, Marianna a dû payer un prix très élevé.

Le film est divisé entre du documentaire pur, lorsqu’il suit la protagoniste, et ses répétitions de la pièce de théâtre, grâce à laquelle elle affronte son passé. Elle a été mariée pendant 25 ans, a deux enfants et tente de renouer contact avec Kasia, son ex-femme. Cette structure nous permet à la fois de nous rapprocher de Marianna mais aussi de donner un aperçu des problèmes auxquels font face les transsexuels. Par exemple, la situation avec ses parents est évidemment prévisible dans un pays aussi catholique que la Pologne. En revanche, le fait que Marianna soit restée très croyante ne l’est vraiment pas.

Plus important encore, bien que l’on attende de la résistance de la part de parents âgés et traditionnalistes, il semblerait que la société tout entière marginalise Marianna. C’est tout du moins le sentiment qui ressort du film. Le documentaire ne comporte aucune scène d’hostilité nette, mais la plupart du temps, Marianna est seule. Une amie à elle apparaît de-ci de-là, mais elle se rend à Gdansk pour l’opération toute seule. Sa vie solitaire avec un chat (qui ronronne constamment) n’est pas de nature à atténuer ce sentiment.

Call Me Marianna est un documentaire touchant, parfois troublant – et plusieurs fois bouleversant – sur un sujet qui n’est pas prêt d’arrêter de faire parler. Bien que nous nous félicitions de la société ouverte et tolérante que nous avons construite, il suffit de penser à Marianna pour se rappeler que la lutte ne va pas s’arrêter de sitôt.

Call Me Marianna est une coproduction Studio Fimowe Kalejdoskop et du télédiffuseur polonais, TVP. La société londonienne Film Republic assure les ventes internationales. 

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

San Sebastian Report
Jihlava
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss