Glory (2016)
The Party (2017)
Que Dios nos perdone (2016)
Out (2017)
L'autre côté de l'espoir (2017)
Sage Femme (2017)
Une vie (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

ÉDIMBOURG 2016

email print share on facebook share on twitter share on google+

A Patch of Fog : amitié achetée, amitié volée

par 

- Un agent de sécurité solitaire obtient par le chantage l’amitié d’un romancier et intellectuel influent

A Patch of Fog : amitié achetée, amitié volée
Stephen Graham dans A Patch of Fog

Après sa nomination aux Oscars pour le court-métrage Boogaloo and Graham, le réalisateur irlandais Michael Lennox a reçu l’appui de la société de production The Fyzz Facility pour faire son premier long : un thriller noir à petit budget filmé Matthias Pilz en quatre semaines dans les rues de Belfast. Ce film, intitulé A Patch of Fog [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a fait son avant-première l’année dernière dans la section Découverte du Festival de Toronto, mais il vient seulement d’être dévoilé Outre-Manche, dans le cadre du 70e Festival international d’Édimbourg

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sandy Duffy (Conleth Hill) est un écrivain réputé qui s’est fait connaître grâce à son best-seller A Patch of Fog, qui lui a aussi valu une chaire à l’Université de Belfast et une influence croissante sur l’opinion en tant qu’intellectuel regulièrement invité à la télévision dans une émission culturelle hebdomadaire. Pour le 25ème anniversaire de la publication de son livre, Sandy travaille sur une interview très personnelle et ouverte avec Lucy (Lara Pulver), la présentatrice de ladite émission, avec laquelle il a une liaison. Bien qu’il ait tout dans la vie (une belle maison d’architecture moderne, une voiture de luxe...), on découvre qu’il est capable de tout risquer pour la bouffée d’adréline qu’il ressent quand il vole des articles dans les magasins – c’est-à-dire qu’il se saisit d’un objet de rien, fait sembler de répondre à un appel qu’il a programmé auparavant, met l’objet dans sa poche comme si de rien n’était, ressort et s’allume une cigarette en retournant vers sa voiture, prenant un plaisir manifeste à voir ses mains trembler. À l’évidence, sa méthode est parfaitement rodée, mais ce que Sandy ne sait pas, c’est que Robert (Stephen Graham), agent de sécurité dans le magasin où l’écrivain commet la plupart de ses rapines, a collecté des preuves, or si la nouvelle se répandait de sa kleptomanie, Sandy risquerait de perdre sa chaire universitaire, en plus d’être à jamais décrédibilisé aux yeux de l’opinion. Comme l’auteur est prêt à tout pour empêcher cela, Robert lui annonce qu’il pourrait renoncer à le dénoncer à une condition, simple mais triste à pleurer : que Sandy devienne son meilleur ami. 

Si parfois, quand un acteur célèbre participe à un film à petit budget, le risque est qu’il fournisse un nom pour l’affiche mais pas une performance à l’écran, ce n’est pas du tout le cas ici, et ce bien que Hill, connu dans le monde entier pour Game of Thrones, n’ait intégré la troupe qu’une seule semaine avant le début du tournage – confirmant du même coup que ce n’est pas pour rien qu’il est un des rares acteurs irlandais à avoir réussi à Hollywood. Son entente à l’écran avec Graham, instantanée, et sa participation active dans le développement et l’appréhension de son personnage sont une des grandes forces du film. De son côté, Graham interprète son personnage d’agent de sécurité retors avec une justesse si parfaite qu’on en vient à cesser de le voir comme un pauvre type qui harcèle une personnalité publique et à sympathiser de plus en plus avec son aliénation.

Lennox prouve qu’il maîtrise parfaitement les tropes du thriller et la palette de couleurs de Pilz (où dominent le noir et le bleu) fait des rues de Belfast un décor idéal pour un film noir britannique exquis. Les scénaristes du film, John Cairns et Michael McCartney, tous deux à leur premier long-métrage, ont résolument composé un récit captivant, où le pouvoir glisse sans qu’on s’y attende d’un personnage à l’autre puis de nouveau au premier tout au long du film. Bien qu’il s’agisse d’un film à petit budget, la valeur ajoutée de la production en fait un titre tout à fait capable de se mesurer avec ses homologues américains. 

A Patch of Fog pourrait bien être une mise en bouche pour ce que la carrière naissante de Lennox dans le long-métrage va nous offrir à l’avenir. Les ventes internationales de ce favori garanti du public sont assurées par 13 Films.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Emilia Romagna_site FR
Odessa site
Film Business Course
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss