Glory (2016)
Waves (2016)
María (y los demás) (2016)
Baccalauréat (2016)
United States of Love (2016)
Personal Shopper (2016)
Zoology (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

VENISE 2016 Semaine internationale de la critique

email print share on facebook share on twitter share on google+

Une mère meurtrière dans Prevenge

par 

- VENISE 2016 : le film d’ouverture de la Semaine internationale de la critique est un thriller psychologique féministe grotesque et inquiétant écrit, dirigé et interprété par Alice Lowe

Une mère meurtrière dans Prevenge
Alice Lowe dans Prevenge

Douce est la vengeance, surtout pour les femmes, écrivait Lord Byron. Et que dire des enfants qui sont encore dans le ventre de leur mère ? C’est en réalité l’enfant que porte Ruth, protagoniste de Prevenge, qui cherche à se venger. Le film, qui ouvre la Semaine de la critique de la Mostra de Venise et dont le titre est un jeu de mots évident entre Pregnancy et Revenge, est un thriller psychologique féministe grotesque et inquiétant écrit, dirigé et interprété par Alice Lowe, interprète de Tina dans la comédie horrifique Touristes ! [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Ben Wheatley
fiche film
]
, particulièrement remarquée dans la série TV Garth Marenghi sur Channel 4, produite par la compagnie britannique Western Edge Picture.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Cine Iberoamericano Int

Alice est à la fois très drôle et inquiétante, avec cet étrange regard bleu-gris. Elle a tourné Prevenge lorsqu’elle était enceinte de sept mois. La quantité d’hormones qui circule dans le corps d’une femme enceinte provoque de vives expériences, presque “psychédéliques”, comme l’a elle-même affirmé Alice Lowe dans une interview pour The Guardian avant le festival. C’est de là qu’est venue à la réalisatrice l’idée de son premier film. Des jours d’euphorie et des moments de désespoir. Je voulais faire quelque chose qui montre les sensations qui relèvent presque de la science-fiction, les couleurs vives, le son, les images (la photographie du film est de Ryan Eddleston).

C’est ainsi qu’Alice a écrit le scénario, en quelques semaines seulement. Elle a tourné pendant 11 jours s’étalant sur trois semaines, s’inventant une histoire étrange : celle d’une femme qui égorge ses victimes au couteau, pour venger la mort de son mari, victime d’un accident d’alpinisme. Mais c’est l’enfant qui est sur le point de naître qui est la véritable donneuse d’ordres, à travers une voix terrifiante : “ils disent que les enfants sont doux, mais moi je suis furieuse !” La sage-femme ajoute : “les femmes enceintes n’ont pas le contrôle de leur corps. C’est l’enfant qui décide”. Avec la performance de Toydrum (Pablo Clements et James Griffiths, ex UNKLE) en fond sonore, Ruth remplit sa mission meurtrière et inscrit ensuite dans un épais cahier rempli de dessins et de croquis : ONE DOWN. Un en moins.

“Les femmes aussi peuvent être impitoyables” et donc condamner à mort, comme lors de la rencontre hilarante et macabre avec la manager, interprétée par la magnifique actrice écossaise Kate Dickie. En définitive, l’humour noir britannique coule comme le sang dans ce film, comme si un esprit abritait à lui seul les Monty Python, celui d’une femme qui plus est. Une femme-orchestre.

(Traduit de l'italien)

Lire aussi

Seneca's Day Lithuania
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Home Sweet Home