Glory (2016)
One Step Behind the Seraphim (2017)
L'Usine de rien (2017)
Mademoiselle Paradis (2017)
A Ciambra (2017)
Corps et âme (2017)
Le Caire Confidentiel (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2002

email print share on facebook share on twitter share on google+

Moretti, quel professeur!

par 

- Un an après la Palme d'Or, le cinéaste est au tableau pour une 'leçon' de cinéma, politique et vécu

Moretti, quel professeur!

Voilà le professeur, cartable en cuir et cahier, qui transforme la courtoise invitation du Festival de Cannes et revient en protagoniste après la Palme d´Or, avec sa «Leçon du cinéma», autoportrait à mi-chemin entre l´ironie et la mégalomanie. Sans trop insister sur la politique avec justes quelques petites critiques à l´adresse de Berlusconi et de Bossi. Avec Angelo Barbagallo à la console, des images, parfois inédites, défilent sur l´écran, commentées en direct, tandis que le critique français Jean Gili, silencieux, acquiesce. Moretti écrit une page de l´encyclopédie sur lui-même, en se décrivant homme de cinéma à 360° : exploitant avec sa salle de cinéma, distributeur, producteur, réalisateur, acteur, critique, organisateur de festival et même juré... mais aussi joueur de water-polo, père, commentateur politique, très fort pour trouver le cheveu dans la soupe. La leçon se prolonge jusqu´au bout. Puis il disparaît dans les coulisses de la Salle Buñuel comme s´il en avait été aspiré.

Nanni propriétaire de salle de cinéma. Pour chauffer le public, déjà très enthousiaste, on commence avec un court-métrage - Le jour de la première de Close-up - qui n´est pas une nouveauté pour les italiens mais que beaucoup d´étrangers ne connaissent pas. C´est une journée type de Nanni propriétaire du Nuovo Sacher : le rapport avec les recettes du Roi Lion est plutôt démoralisant «mais je ne suis pas dans les affaires pour m´enrichir».

Nanni Juré. Quatre film inédits : Nanni juré à Turin (1989), Locarno (1990), Cannes (1997), Venise (2001). «Autour du travail de jurée il y a beaucoup d´histoires, par exemple, le fait que le président a droit à deux voix», déclare Moretti. Et il montre les images d´interminables déjeuners au restaurant. Il a une bonne parole pour tous : «Si on aime Sokurov, on adorera Paul Auster...». Il dévoile les secrets du Lion d´Or à Mira Nair : «cinq votes pour elle par le groupe d´Amitav Gosh, contre les deux pour Babak Payami». Il adresse un mot au changement de direction du Festival de Venise : «Regardez cette sculpture de la Bienna... et bien, de Hadeln en personne y était caché. Il s´est animé dès qu´ils lui ont donné le feu vert».

Nanni Producteur. Les producteurs de mes premiers films m´ont laissé une grande liberté. C´est pour cela que j´ai créé la maison de production Sacher avec Barbagallo, parce que je voulais découvrir d´autres réalisateurs, et j´ai eu raison. Mazzacurati, Luchetti et Calopresti qui ont commencé avec moi, sont maintenant très estimés en Italie. J´avais envie aussi de travailler de manière différente, de pouvoir accumuler du matériel sans biens savoir quoi en faire : c´est bien comme ça que Palombella rossa, Journal Intime, Aprile sont nés. Très souvent je tourne des choses qu´à la fin je n´utilise pas». Il nous fait voir un court-métrage de 1991 où un groupe d´anciens parlementaires se retrouvent dans un compartiment du train et se disputent, comme au temps des trotskistes, comme si seulement vingt minutes étaient passées et non pas vingt ans : «C´était horrible et je ne l´ai jamais utilisé». Et puis une séance de chimiothérapie (Journal intime), un discours de Bossi au Parlement, le cortège du 25 avril 1994 Aprile), son dernier championnat de water-polo (Palombella rossa). Tout est bon, on ne jette rien.

Nanni acteur. Chapitre interminable. On commence par le mois d´octobre 1972. «Fini le lycée un ami m´a demandé ce que je voulais faire dans la vie. J´ai répondu `du cinéma´. Et lui `Oui, mais quoi : l´acteur, le réalisateur?´ et moi `Les deux´. Je donnais l´impression d´être un peu velléitaire et confus mais je le pensais vraiment». Et voilà donc Padre padrone des frères Taviani Le porteur de serviette, La seconde fois, les mille transformations de Michele Apicella «que j´étais le seul à pouvoir interpréter». Il a frôlé Michalkov qui le voulait dans Oci ciorne, Kieslowski aussi. «je devais participer à La double vie de Véronique mais à ce moment-là je commençais à ressentir les effets de ce qui a fini par se révéler être un cancer».

Nanni perfectionniste. Des pointes ici et ... contre toutes les différentes chaînes de télévision italiennes : la Rai qui refusa le financement au film Le porteur de serviette, Retequattro qui a interrompu un hommage à de Fellini avec 40 minutes et 52 secondes de pub. Nanni, le perfectionniste, il les évoques toutes : pub après pub.

(Traduit de l'italien)

Jihlava
San Sebastián Full
Focal Production Value
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss