email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2022

Le CNC va soutenir les studios et la formation

par 

- CANNES 2022 : L'appel à projets "France 2030" est ciblé sur la création et la modernisation des studios de tournage et le développement de la formation sur tout le territoire

Le CNC va soutenir les studios et la formation
(g-d) Vincent Florant, directeur du numérique du CNC; Caroline Champetier directrice de la photographie et realisatrice, AFC; Christian Carion, réalisateur; Valérie Valero, cheffe décoratrice, EcoDeco; et Marc Vadé, directeur des productions, Gaumont

La matinée du dimanche 22 mai au Festival de Cannes était dédiée à l'opération France 2030 sur la plage du CNC. Son président, Dominique Boutonnat a résumé l'ambition de cet appel à projets, intitulé "la grande fabrique de l’image" : 350 millions d'euros de subventions publiques seront mobilisés par le CNC avec la Caisse des Dépots pour lever 2 milliards d'euros d'investissements dans les domaines des studios de tournage, des studios numériques et de la formation. Trois territoires sont particulièrement ciblés : l'Ile de France, le Nord et l'arc Méditerranéen.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Marc Vadé, directeur des productions à Gaumont, a rappelé que depuis trois ans la demande de tournages de films et de séries a explosé, avec en moyenne 30% de travail supplémentaire. "Nous n'avons jamais encore connu ça : hier, certains tournages devaient attendre que les comédiens soient libres, aujourd'hui nous devons reporter des films faute de techniciens ! Nous sommes parfois obligés d'anticiper les loueurs, les plateaux et les équipes sans même savoir sur quel projet ils vont travailler." Comme l'a rappelé Caroline Champetier, célèbre directrice de la photographie qui a notamment travaillé avec Leos Carax sur Holy Motors [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Leos Carax
fiche film
]
et Annette [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, "la Nouvelle Vague nous a éloigné des studios. La France a aujourd'hui un grand retard dans leur construction et leur réhabilitation. Il faut réfléchir ensemble pour penser de nouveaux studios construits par des architectes, adossés à des écoles, intégrés dans la ville. Comme Cinecittà, par exemple : un studio doit être ouvert sur le monde."

Le prochain film du réalisateur Christian Carion, Bonne Course, mettra en scène un très long trajet en taxi avec Dany Boon en conducteur et Line Renaud en passagère dans tout Paris. "Ce film aurait été impossible à tourner avec une voiture travelling dans la capitale, ville dans laquelle il est de plus en plus difficile de tourner."  Cinq des six semaines de tournage se sont donc déroulées dans un espace de 1000 mètres carrés aux studios de la Montjoie à la Plaine Saint-Denis : y a été installé un dispositif d'écrans Led où étaient projetées des images de Paris, entourant à 180 degrés le taxi.  "La projection sur des écrans Led est beaucoup plus intéressante pour le réalisateur, mais aussi pour les acteurs, que le tournage sur fonds vert. L'effet de réalité était impressionnant " a précisé Christian Carion.

Après cet exemple d'utilisation des nouvelles technologies de tournage, la cheffe décoratrice Valerie Valero a rappelé l'importance des savoir-faires anciens. Elle est l'une des initiatrices de la mobilisation qui a permis il y a dix ans d'éviter la vente des Studios de Bry sur Marne à des promoteurs immobiliers. "J'y ai travaillé à l'époque de la SFP et ces studios ont été extrêmement bien pensés car des décorateurs, des peintres, des machinistes ont participé à sa conception. Notre expertise est importante. Il faut sauver Bry avant de créer de nouveaux studios." Valérie Valero est également mobilisée depuis deux ans sur les enjeux environnementaux des tournages. Dans les années 90, les décors étaient construits et jetés. "A la SFP, il existait un système de "feuilles répertoires", avec lesquelles on construisait le décor et qui étaient réutilisées ensuite. C'est simple, c'est que nous faisons aujourd'hui en utilisant La Ressourcerie du cinéma à Montreuil pour nos décors : ils récupèrent et relouent aux professionnels." Les décors représentent 20% de l'empreinte carbone d'un tourage. Marc Vadé a rappelé que pour L'empereur de Paris [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Jean-François Richet, les rues de la capitale de l'époque napoléonienne avaient été reconstruites à Brétigny, un décor ensuite détruit. "Au Maroc les décors des Studios de l'Atlas ont été utilisés mille fois, explique-t-il. Pour les studios à venir, il faut vraiment penser au back lot, pourquoi pas à construire un quartier parisien, éviter que le décor ne parte à la benne, qu'il soit réaménageable en fonction des histoires que l'on raconte. Et pour cela il faut recréer des métiers qui n'existent plus, des constructeurs, des staffeurs..."

La formation est donc le second volet important de l'appel à projets France 2030. Il ne s'agira évidemment pas de former uniquement des techniciens ou chefs décorateurs, mais aussi de s'appuyer sur les domaines forts de l'industrie française : animation, nouvelles technologies de l'image, écriture et réalisation de séries. La volonté politique est de doubler le nombre annuel de jeunes diplômés de la filière pour le porter à 10 000 personnes par an.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy