email print share on Facebook share on Twitter share on LinkedIn share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ France

Acte 9 pour Next Step et la Semaine de la Critique cannoise

par 

- Sept jeunes cinéastes participent au programme piloté par la Semaine de la Critique cannoise pour soutenir les auteurs dans leur passage au long métrage

Acte 9 pour Next Step et la Semaine de la Critique cannoise

Pour la neuvième année, l’équipe de la Semaine de la Critique pilotée par Ava Cahen renouvelle son programme Next Step (dirigé par Thomas Rosso) afin d'aider de jeunes cinéastes (passés par la compétition de la section parallèle cannoise) à franchir le cap du court au long métrage. Un programme incluant notamment un atelier (qui a débuté samedi dernier pour sept jours de travail au Moulin d’Andé, puis à Paris), mais aussi une compétition qui distinguera l’un des projets en mai prochain sur la Croisette (lire la news sur le vainqueur 2022, The Visitor de Vytautas Katkus).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parmi les sélectionnés des éditions précédentes (qui ont appuyé 72 cinéastes, dont 42% de femmes, issus de 35 pays), on peut mentionner récemment Michael Borodin avec Convenience Store [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Michael Borodin
fiche film
]
(Panorama de la Berlinale 2022), Cristèle Alves Meira avec Alma Viva [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
et Mikko Myllylahti avec The Woodcutter Story [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mykko Myllylahti
fiche film
]
(Semaine de la Critique 2022), Valentina Maurel avec J’ai des rêves électriques [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Valentina Maurel
fiche film
]
(prix de la mise en scène et double prix d’interprétation à Locarno), Isabella Carbonell avec Dogborn [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Isabella Carbonell
fiche film
]
et Graham Foy avec The Maiden (dévoilés à Venise). Et 12 longs métrages développés à Next Step sont actuellement en tournage ou en post-production.

Parmi les sept sélectionnés de Next Step cette année se distinguent quatre jeunes cinéastes européens : la Portugaise Sofia Bost, les Grecs Evi Kalogiropoulou et Manolis Mavris, et le Britannique Joseph Pierce. Heureux élus également : les Chinois Lin Tu et Hao Zhao, ainsi que le Mexicain Jorge Sistos Moreno. Autant de promesses qui bénéficient durant leur atelier de conseils en scénario, production et ventes de Agathe Valentin, Olivier Barbier, Gabrielle Dumon, Fabio Grassadonia, Nadja Dumouchel, Mathieu Taponier, Philippe Barrière et Matthieu Darras.

Les projets Next Step 2022 :

I Don’t Know Where I’m GoingSofia Bost
Production : Uma Pedra no Sapato (Portugal)
Récit initiatique se déroulant en 1997 dans la banlieue de Lisbonne. Vera est une jeune fille de 10 ans timide, rêvant d’autres horizons autant que des Backstreet Boys. Elle est élevée par sa mère Luisa, séparée du père français de Vera depuis sa naissance. Lorsque ce dernier réapparaît dans leur vie et propose à Vera de venir passer des vacances en France, cette dernière devra trouver sa place et sa voix entre deux pays, deux parents, deux classes sociales et deux récits familiaux opposés.

CoraEvi Kalogiropoulou
Production : Neda Film (Grèce), Blue Monday Productions (France), Lemming Film (Pays-Bas)
Drame dystopique ayant pour décor une raffinerie de pétrole implantée au milieu de terres grecques sur-industrialisées. L’histoire de deux jeunes femmes, Maria et Eleni, issues de la classe ouvrière et luttant pour leur liberté et leur identité. Au sein d’un paysage dévasté où tous les hommes de la ville patrouillent jour et nuit avec des armes à feu, la sexualité fluide et libérée de Maria, à la fois déesse grecque et sorcière moderne, devient une menace grandissante.

Liar ManManolis Mavris
Production : 2AM (États-Unis)
Années 70, un complexe hôtelier sur une île privée pour riches touristes :  les clients se prélassent tandis que les employés se tuent au travail. Parmi ces employés, K., concierge, fait la rencontre d’un psychanalyste qui pourrait bientôt révéler un mensonge enfoui dans le cerveau de K et qui menacerait sa santé mentale tout autant que l’équilibre de l’île. Car ce complexe touristique est en réalité une projection du cerveau de K., avec son architecture, ses hémisphères, ses recoins sombres et son inconscient orageux.

How The Dead LiveJoseph Pierce
Production : Melocoton (France)
Lily Bloom n’en finit pas de mourir. Dévorée par un cancer qui tarde à l’emporter, elle observe le monde qui l’entoure dans une semi-conscience vaporeuse : le ballet des médecins, ses soliloques sur l’existence, les visites de ses deux filles, Natasha et Charlotte, autant paumées l’une que l’autre. Quand la mort finit par arriver, Lily découvre que l’au-delà est régi par la même bureaucratie, les mêmes interdits teintés d’ennui que sa vie précédente. Lily n’a alors qu’une idée en tête : tout mettre en œuvre pour retrouver le monde des vivants.

La AusenciaJorge Sistos Moreno
Production : Espejo Humeante Films (États-Unis/Mexique)
Dans le Mexique du 18e siècle, la lutte d’Elena, jeune épouse atteinte d’une syphilis contractée auprès de son mari, absent depuis. Elle parvient à endiguer la maladie avec l’aide précieuse de sa bonne Teresa qui la soigne grâce à la médecine indigène. Quand son époux réapparaît soudainement, Elena doit affronter la violence patriarcale et l’inquisition religieuse d’une société qui voit en elle une sorcière.

SuliLin Tu
Production : One’s Young (Chine)
Eva Chen est une jeune femme chinoise qui vient de déménager dans une grande ville d’Asie du Sud-Est pour y prendre un poste de professeure au sein d’une institution où l’agressivité masculine règne en maitre. Elle tente de s’intégrer dans ce pays étranger et dans son nouvel environnement de travail, hantée par des cauchemars récurrents et des affaires de viols qui font la une des journaux. Un soir, Suli, une amie longtemps perdue de vue réapparaît dans sa vie. Qu’est-il arrivé à Suli pour qu’elle ne donne plus de nouvelles toutes ces années ? Et quelle est cette présence qui semble suivre Eva Chen ?

If I See a RainbowHao Zhao
Production : Memoria Films (Chine/France)
L’histoire sur plusieurs années de Qing Qhui, une trentenaire dynamique enfermée dans un mariage peu épanouissant en banlieue de Shanghai. Le film la suit dans sa quête d’émancipation. Grâce à une structure en flashbacks, nous découvrons le contexte familial de Qing Qhui, et de son désir depuis sa petite enfance d’échapper au carcan familial, tout particulièrement maternel.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy