Choisissez votre langue en | es | fr | it

Interview : Joachim Trier • Réalisateur

email print share on facebook share on twitter share on google+

"Seul dans la foule"

par 

- Avec Oslo, 31 août, adaptation du roman Le feu follet, le jeune cinéaste norvégien confirme un talent remarqué avec son premier long Nouvelle donne.

Interview : Joachim   Trier • Réalisateur

"En tant que cinéaste, je suis fier de présenter un film au Festival de Cannes, auquel mon grand-père Erik Løchen a participé avec La Chasse en 1959", a déclaré le réalisateur norvégien Joachim Trier avant la projection d'Oslo, 31 août [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Joachim Trier
fiche film
]
en avant-première mondiale dans le cadre de la sélection Un Certain Regard du dernier Festival de Cannes. Ce deuxième long métrage lui a ensuite valu le Prix de la critique norvégienne, ainsi qu'une nomination au Prix du Conseil nordique (le prix le plus important de Scandinavie) et une place parmi les candidats possibles pour représenter la Norvège aux Oscars.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le premier long métrage de Trier, Nouvelle donne [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Joachim Trier
interview : Karin Julsrud
fiche film
]
(2006) avait remporté trois Amandas (prix du cinéma norvégien) : meilleur film, meilleure mise en scène et meilleur scénario. Il a aussi été le candidat norvégien aux Academy Awards, en plus de s'arroger une douzaine de trophées dans les festivals internationaux, notamment à Karlovy Vary, Toronto, Istanbul, Lecce et Rouen.

Oslo, 31 août, inspiré du roman Le Feu follet de Pierre Drieu la Rochelle, déjà adapté par Louis Malle en 1963, décrit "un homme, une ville, 24 heures".

Cineuropa : Oslo, 31 août a-t-il été difficile à réaliser après le succès de Nouvelle donne ?
Joachim Trier : Après avoir envisagé nombre de projets, Eskil Vogt et moi-même nous sommes mis à écrire un film américain, Louder than Bombs. La production ayant été retardée, nous avons décidé de faire rapidement un film norvégien. Après deux scénarios écrits ensemble, nous commencions à nous fier à notre intuition et nos instincts communs : Nouvelle donne nous avait pris quatre ans, Oslo quatre mois. Nous avons choisi les acteurs et les lieux de tournage en écrivant. Un film est un projet de groupe : quand l'écran dit "un film de Joachim Trier”, par un accord tacite il s'agit aussi de ma bande, c'est-à-dire Vogt, mon chef opérateur Jacob Ihre, mon monteur Olivier Bugge Coutté... Cela fait des années que nous sommes ensemble.

En quoi un roman français de 1931 se rapporte-t-il à Oslo aujourd'hui ?
Il relate une histoire très simple et pourtant très complexe sur un homme intelligent, apparemment très populaire et plein de ressources, qui a un problème de dépendance qui le renvoie à des questions existentielles. Un récit parfait pour une toile de fond que nous connaissons très bien. Peut-être parce que c'était notre première adaptation, nous avons pu explorer de très près une réalité qui nous est très familière. Nous nous sommes dit qu'Oslo devrait documenter une journée dans une ville, une ville qui sera peut-être tout à fait différente dans dix ans. C'est pour cela que le film commence par un montage d'archives personnelles et publiques. Notre héros, Anders, est un ancien drogué qui termine une cure de désintoxication, une situation présentée comme complètement ouverte et pleine de dénuement : on ne sait pas du tout ce que l'on a et ce que l'on veut. Anders devient un catalyseur pour les gens qui l'entourent : la trentenaire qui veut un enfant, l'universitaire et père de famille qui se demande si c'était bien la vie qu'il voulait, l'insouciant qui continue d'aller de fête en fête en toute bonne conscience.

Ces 24 heures ont-elles été longues à tourner ?
Bien que le film se concentre sur Anders, nous voulions une perspective plus vaste que simplement la sienne. Des centaines de destins croisent le sien, bien que nous ne tentons pas ici de faire un autre Magnolia. Nous avons tourné Oslo en 35 jours. C'est un portrait très net, mais on entend d'autres voix dans les contours de l'environnement du personnage. Oslo parle du sentiment d'être seul dans la foule. Je n'aurais pas pu faire un film sur un homme qui vit seul au sommet d'une montagne : ce n'est pas ce genre de solitude qui m'intéresse, mon univers est urbain. Quand je travaille, c'est de plus en plus la dynamique du processus qui m'intéresse, de sorte que je sais rarement à l'avance quel sera le résultat final. Je pense que beaucoup de choses peuvent être améliorées à mesure qu'on connaît plus pleinement le thème qu'on étudie.

Quelles conséquences ont sur votre travail les financements publics que vous avez reçus pour vos deux à trois prochains projets ?
Je suis très reconnaissant de cette garantie fournie par l'Institut du cinéma de Norvège. C'est un privilège que d'être assuré pendant un moment de refaire un film avec Motlys et d'avoir la possibilité d'instaurer un certain rythme dans ses projets. Si tout se passe bien, je pourrai filmer Louder than Bombs l'année prochaine. C'est un drame familial américano-norvégien qui sera tourné aux États-Unis, en collaboration avec une société américaine indépendante. Nous sommes par ailleurs en train d'écrire un nouveau film norvégien.

Votre grand-père vous a-t-il appris quelque chose sur le métier ?
Non, j'avais neuf ans quand il est mort, mais il m'a tout de même appris le saut à ski.

galerie photo

titre international : Oslo, August 31st
titre original : Oslo, 31. august
pays : Norvège
vente à l' étranger : The Match Factory
année : 2011
réalisation : Joachim Trier
scénario : Joachim Trier, Eskil Vogt
acteurs : Anders Danielsen Lie, Hans Olav Brenner, Johanne Kjellevik Ledang, Kjærsti Odden Skjeldal, Ingrid Olava, Petter Width Kristiansen

prix/sélections spéciaux

Cannes 2011 Un Certain Regard
La Rochelle Film Festival 2011 
Toronto International Film Festival 2011
Athens Film Festival 2011 
Gent International Film Festival 2011 
São Paulo International Film Festival 2011 
Arras Film Festival 2011 
Pau International Film Festival 2011 
Stockholm International Film Festival 2011 
Les Arcs International Film Festival 2011 
Sundance Film Festival 2012 
International Film Festival Rotterdam 2012 
Festival du cinéma européen de Lecce 2012 Olivier d'or
New Directors/New Films 2012 
San Francisco International Film Festival 2012 
Wisconsin Film Festival 2012 
Seattle International Film Festival 2012 
Taipei Golden Horse Film Festival 2012 
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Les Arcs report

Newsletter

WTW Men on the Edge
Unwanted_Square_Cineuropa_01