L'autre côté de l'espoir (2017)
Félicité (2017)
Orpheline (2016)
La Colère d'un homme patient (2016)
Waldstille (2016)
On the Other Side (2016)
Paris La Blanche (2016)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2014 Séances spéciales

email print share on facebook share on twitter share on google+

Cartoonists: Foot Soldiers of Democracy : censurez la censure

par 

- CANNES 2014 : Le documentaire de Stéphanie Valloatto explore l'impact politique et social du travail des caricaturistes du monde entier en se penchant une à une sur leurs histoires

Cartoonists: Foot Soldiers of Democracy : censurez la censure

Loin des stars scintillantes, des auteurs les plus reconnus et encensés et des pronostics sur le film qui gagnera la Palme d'or (ou les lauréats des autres prix), comme chaque année, le 67ème Festival de Cannes a conservé une place de choix pour le cinéma engagé sur les plans politique, social et culturel. Cette année, entre le portrait d'une Syrie sanglante (Silvered Water, Syria Self-Portrait) et celui d'une Ukraine en train de tomber en morceaux (Maïdan [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Sergei Loznitsa), les projections spéciales proposent Cartoonists: Foot Soldiers of Democracy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un documentaire qui se penche sur les membres d'une profession qui contribue à nous faire voir sous un autre angle ce qui nous entoure : les caricaturistes, qui sont des pièces essentielles dans le monde des médias, bien qu'ils restent à leur grand dam bornés par le nécessaire compromis qu'ils doivent faire entre la société et leur volonté de se moquer d'elle. Ce film, qui est le premier documentaire de la Française Stéphanie Valloatto, s'intéresse aux parcours de différents dessinateurs, et surtout à l'impact de leurs travaux respectifs.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

On observe donc Plantu à Paris, Nadia Khiari à Tunis, Mikhail Zlatkovsky à Moscou, Michel Kichka à Jérusalem, Baha Boukhari à Ramallah (Palestine), Rayma Suprani à Caracas, Angel Boligan au Mexique, Jeff Danziger à New York, Damien Glez à Ouagadougou (Burkina Faso), Lassane Zohore à Abidjan (Côte d'Ivoire), Pi San à Pékin, Slim et Baki Bouckhalfa à Alger et Kurt Westergaard à Copenhague. Par-delà le monde, tous ces gens ont quelque chose en commun : comme leurs pays respectifs, chacun d'eux est pris dans un combat – car le travail des caricaturistes menace le pouvoir, qu'il soit politique, éconmique ou religieux. Westergaard, par exemple, est le célèbre créateur des caricatures de Mahomet qui ont fait scandale dans le monde entier en 2005, affectant les relations entre le monde islamique et le monde occidental. Les humoristes graphiques, pourtant limités, voire étouffés, par la nécessité de rester politiquement corrects, dérangent ceux qui ont peur d'eux. Comme le dit le film, “le crayon est une arme", mais la vraie menace, c'est "une société peureuse", qui va finir par se censurer elle-même.

La censure plane ainsi sur chacune des histoires que Valloatto réunit dans son film (produit et co-écrit par Radu Mihaileanu, le réalisateur de Va, vis et deviens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Denis Carot
interview : Didar Domehri
interview : Radu Mihaileanu
fiche film
]
et La Source des femmes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), de celle que la société elle-même exerce sur les tabous, comme en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso, à ce que fait la Chine avec des figures comme celle de Ai Weiwei (a quien también vemos), en passant par le Maghreb, où un illustrateur, Willis de Tunis, se bat avec un dessin de chat, aux grands cris de "Censurez la censure !". Quant à la présence de Valloatto et Mihaileanu dans cet univers, au lieu de contraindre les humoristes, elle leur permet de parler sans filtre, sans crainte, devant une réalité qui les empêche souvent. Cartoonists: Foot Soldiers of Democracy ne marque pas une avancée dans le cinéma, ou l'apparition de quelque chose de différent, mais mais c'est un film agréable et un tableau révélateur d'une profession souvent envisagées à travers les injustices et les inepties de ce dont la censure a toujours dépendu : le pouvoir.

(Traduit de l'espagnol)

Lire aussi

Bridging the Dragon
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

CASI HECHO Home