Son of Sofia (2017)
The Square (2017)
Le Redoutable (2017)
A Ciambra (2017)
Ava (2017)
Western (2017)
Les Fantômes d'Ismaël (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

GOLDEN ROSE FILM FESTIVAL 2015

email print share on facebook share on twitter share on google+

Reliques familiales : de la difficulté de vivre dans le présent

par 

- Le film d'Ivan Cherkelov a reçu le Coeur de la Ville de Varna à l'issue du 33ème Golden Rose Film Festival

Reliques familiales : de la difficulté de vivre dans le présent
Alexander Benev et Blaje Dimitrov dans Family Relics

Reliques familiales [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Ivan Cherkelov, projeté au 33ème Golden Rose Film Festival, qui met à l'honneur les nouveaux longs et courts-métrages bulgares, a remporté le deuxième prix le plus important du festival, le Coeur de la Ville de Varna, ainsi qu'un prix remis par le Syndicat des réalisateurs bulgares. Le film, qui suit les différents membres d'une famille pendant quelques jours, rend compte d'un certain désenchantement du présent qu'on retrouve souvent dans la production bulgare, en ce moment. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Reliques familiales, qui s'ouvre sur un montage de scènes de vie dans la ville, devient rapidement un hommage à la splendeur de la campagne bulgare. C'est l'été et plusieurs personnages, apparemment sans liens, explorent la nature sauvage. Il y a un couple marié dans une voiture tous-terrains qui roule dans la boue de la forêt, deux demi-frères qui cherchent l'hôpital psychiatrique où leur père est interné et une adolescente qui séjourne seule dans le chalet familial, rompt avec son petit ami au téléphone et passe ensuite ses journées à tuer le temps de mille étranges manières. 

Ce qui est impressionnant dans Reliques familiales, c'est l'usage que le film fait des dialogues et des petits gestes pour souligner non seulement la désillusion des Bulgares, mais aussi le fait que ses personnages n'arrivent plus à donner un sens à leur vie. Le propos est ici la difficulté qu'il y a à être Bulgare en Bulgarie, à être heureux dans ce pays et à y grandir. Pour un des personnages, c'est "un petit pays avec des petites gens" – une phrase qui ressemble à ce que dit Ivaylo Hristov dans Losers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Ivaylo Hristov
fiche film
]
, le gagnant de la Rose d'or : “Loser : personne née en Bulgarie”. Le film de Cherkelov n'est pas éloigné non plus de The Lesson [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Kristina Grozeva, Petar Va…
interview : Margita Gosheva
fiche film
]
de Kristina Grozeva et Petar Valchanov, ou de Thirst [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Svetla Tsotsorkova.

Reliques familiales bénéficie de performances solides de la part de ses acteurs, qui représentent plusieurs générations. Parmi eux, on peut citer Alexander Benev, qui pourrait bien devenir le nouveau Ovanes Torosyan, après ses premiers rôles dans Thirst et Reliques familiales. Ici, il joue Mak, un adolescent qui erre dans la nature en attendant d'avoir une occasion de parler à son père (Ventsislav Zankov), qui est à l'hôpital. L'histoire de Mak et son frère (Blaje Dimitrov, qui jouait lui aussi dans un des films en lice pour la Rose d'or, The Woman of My Life) représente un tournant dans le récit, un moment où s'exprime un certain espoir, car leur présent n'est pas hanté par les erreurs du passé, de sorte qu'on peut imaginer un futur meilleur. 

La célèbre actrice bulgare Jana Karaivanova (également organisatrice d'un festival dédié au cinéma bulgare à New York) et Andrey Andreev jouent un couple d'âge moyen dont la voiture reste bloquée dans la gadoue. Elle parle de foi, de prières et de superstitions alors qu'il est plus concret, mais ce qu'elle dit suggère clairement que toute magie a disparu de sa vie. Les autres personnages évoquent également, par leurs propos ou leurs gestes, qu'ils vont sans but dans la vie. C'est sur cette idée que repose tout le scénario de Cherkelov. 

Reliques familiales a été produit par Gala Film. Le projet a reçu le soutien du Centre national de la cinématographie de Bulgarie, du Programme MEDIA et de la Télévision nationale bulgare.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Swiss Films Cannes