La Lune de Jupiter (2017)
120 battements par minute (2017)
In the Fade (2017)
Jeune femme (2017)
Makala (2017)
A Ciambra (2017)
Happy End (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

PRODUCTION Norvège

email print share on facebook share on twitter share on google+

Une famille brisée dans Valley of Shadows

par 

- Après trois courts, Jonas Matzow Gulbrandsen se lance dans son premier long-métrage, avec Kathrine Fagerland

Une famille brisée dans Valley of Shadows
Le réalisateur Jonas Matzow Gulbrandsen

C'est un diplôme de journalisme télévisé en poche que le scénariste-réalisateur norvégien Jonas Matzow Gulbrandsen s'est inscrit à l'École nationale polonaise de cinéma de Lodz, où il a réalisé le court-métrage Darek (2009), récompensé d'un Amanda du cinéma norvégien. Il est à présent de retour dans les fjords pour tourner son premier long-métrage, Valley of Shadows, à l'ouest de la Norvège.

Après le film encensé Letter to the King [+lire aussi :
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
de Hisham Zaman (2014), ce drame familial  sera le deuxième long-métrage norvégien produit par Film Farms, “une société de production internationale qui siège dans une ferme norvégienne". Car les producteurs Tom Kjeseth et Alan R Milligan n'ont pas chômé non plus au niveau international, envoyant pas moins de deux films dans la section Un Certain Regard du dernier Festival de Cannes : Béliers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Grimur Hakonarson
fiche film
]
de l'Islandais Grimur Hákonarson, qui a gagné le premier prix, et Lamb [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de l'Éthiopien Yared Zeleke.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Valley of Shadows, budgeté à 1 million d'euros et coproduit par Teréz Hollo-Klausen, est une "oeuvre atmosphérique et métaphysique sombre" sur une famille brisée dans une petite vallée piétiste. À 39 ans, Astrid vit avec son fils de sept ans, Aslak, et leur chien Rapp, mais elle semble indifférente au garçon, toute préoccupée qu'elle est de retrouver son aîné, qui a disparu et pour lequel elle craint le pire depuis qu'un jeune homme est mort dans le village. 

Quand le chien s'échappe et s'enfonce dans la forêt interdite, Aslak part le chercher, mais il se perd dans la nature sauvage. Pendant son parcours, mystique et semé de dangers, il croise une présence qui l'amène en sécurité dans une cabane dans les bois. "L'élément métaphysique est central dans le film, explique Gulbrandsen. Le fantôme qui suit cette famille traumatisée est une expression de la culpabilité et des émotions inconscientes d'Astrid. Mais qui est la présence qui guide Aslak dans la forêt : son frère ou un fantôme ?"

Le rôle de la mère a été confié à Kathrine Fagerland (de la série de films Varg Veum [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), la photographie au frère du réalisateur, Marius Matzow Gulbrandsen (également chef-opérateur sur Letter to the King), qui a comme lui des parts dans Film Farms. Le film a reçu des aides pour un total de 135 000 euros de la part du centre régional Filmkraft Rogaland et du Fuzz Film Fund.

(Traduit de l'anglais)

Producers on the Move
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss

Italian Pavilion Cannes