Corps et âme (2017)
The Square (2017)
La Passion Van Gogh (2016)
L'Usine de rien (2017)
Soleil battant (2017)
La Belle et la meute (2017)
Out (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

SORTIES Italie

email print share on facebook share on twitter share on google+

Olmi, un adieu révolutionnaire au cinéma

par 

Olmi, un adieu révolutionnaire au cinéma

"Nulle religion ne m'obligera jamais à respecter des règles mais à ne pas respecter les hommes. Le dogme ne doit pas être plus important que l'Homme". C'est avec cette idée principale en tête qu'Ermanno Olmi présente en salles (à partir du 30 mars, sur 100 copies distribuées par Mikado) son film Cento chiodi [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(litt. "cent clous"), parabole christique qui met en scène un jeune professeur de philosophie confirmé qui abandonne son monde de libres pour aller vivre sur les rives du Po et se lie avec la population locale, menacée par la construction d'un port fluvial.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Pour le cinéaste de 76 ans orginaire de Bergame, ce film est sa dernière fiction, une sorte de testament spirituel qu'il laissera derrière lui pour léguer autrechose que tous ses documentaires. Ce film, produit par Luigi Musini et Roberto Cicutto avec Cinema11 et Rai Cinema et avec la contribution du MiBAC, est interprété par l'acteur israëlien Raz Degan dans le rôle du professeur/Christ et par un éventail d'acteurs non-professionnels remarquables, tels que ceux que le cinéma d'Olmi a toujours priviligiés (lire le Making of du film).

À travers des images poétiques et sobres, Olmi propose une vie ayant pour modèle Jésus (il s'agit de "donner la position centrale au pardon, c'est-à-dire au refus de l'oeil pour oeil, dent pour dent") et en appelle à un retour à la simplicité ('il faut distinguer l'essentiel du superflu"), dans un monde de malbouffe. Citer le philosophe Karl Jaspers, Olmi invoque un acte de folie : "Même la spiritualité est devenue une forme de profit et l'art est la mascarade de la vie que nous vivons. Pour surmonter tout cela, il est nécessaire d'accomplir un acte de folie – et il ne s'agit pas de la bombe de l'activisme violent. C'est un geste symbolique de rébellion. Comme Saint François se dépouillant de ses bien".

Le producteur Roberto Ciccutto confirme que Cento chiodi est en ce moment pressenti pour le Festival de Cannes. Il précise : "je ne sais pas s'il sera sélectionné, mais il est presque sûr, ne serait-ce que conformément à la volonté d'Olmi, qu'il ne sera pas présenté en compétition".

(Traduit de l'italien)

ArteKino
Les Arcs call
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss