Thelma (2017)
Nico, 1988 (2017)
The Charmer (2017)
Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
L'Usine de rien (2017)
Out (2017)
Soleil battant (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

CANNES 2006 / CLÔTURE France

email print share on facebook share on twitter share on google+

La frénésie Transylvania

par 

"Donnez-nous un brin de paille pour mettre le feu au monde". De retour au Festival de Cannes deux ans après son Prix de la mise en scène gagné avec Exils, le cinéaste français Tony Gatlif a clôturé aujourd’hui pour la presse la Sélection officielle 2006 avec son dernier opus enflammé : Transylvania [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Fidèle à son style convulsif et de retour en Roumanie huit ans après Gadjo Dilo, le réalisateur s’est replongé sans retenue dans un univers sous adrénaline carburant à la musique, à l’alcool, aux mouvements et aux sentiments intenses. Et son casting se montre à la hauteur du rythme trépidant et de la folie qui habite les personnages de Zingarina, Tchangalo et Marie, respectivement interprétés avec fougue, voire démesure, par Asia Argento, Birol Unel (Head-On) et Amira Casar.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Road-movie et film d’amour, Transylvania traverse ce territoire de brassage culturel "un peu roumain, un peu tsigane, un peu hongrois", libérant son immense énergie dans des scènes de fêtes sauvages (notamment une angoissante scène de foule masquée), brisant les verres par terre et les bouteilles sur les têtes. Au menu d’un scénario qui n’hésite pas à prendre des libertés avec les conventions rigoureuses, jouant la carte du plaisir de l’émotion plutôt que celle de la mécanique de précision, figurent notamment un exorcisme, un ours indiscret, un accouchement et des instruments de musique traditionnels sous toutes leurs formes accompagnant le spectateur du début à la fin (partition originale de Tony Gatlif et Delphine Mantoulet). Et la caméra n’est pas en reste, scrutant en gros plans ces âmes en détresse et courant à l’épaule derrière eux dans une lumière très travaillée signée par Céline Bozon.

Produit par Princes Films, la société du cinéaste, pour un budget d’environ 3,5 millions d’euros incluant 300 000 euros d’avance sur recettes du CNC et des préachats de Canal + et de TPS, Transylvania sera distribué en France par Pyramide qui pilote aussi les ventes internationales.

Lire aussi

ArteKino
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss